Enterrement de vie de jeune fille à Paris : comment s’organiser?

La tradition qui consiste a fêter la fin de vie de célibataire  ( ayant rencontré l’amour ) d’une amie en lui préparant une journée pleine de surprises et de souvenirs ne cesse de se développer et la capitale Française est une vraie mine d’or pour qui souhaite réussir cette journée hors du commun.

Néanmoins, il est primordial de préparer soigneusement cette réunion entre amies afin que la future mariée en garde un souvenir impérissable. Petit tour d’horizon des choses à faire (ou à ne pas faire) pour réussir un EVJF.

enterrement vie de jeune fille à Paris (evjf)

Bien choisir les participantes à l EVJF… et les organisatrices !

Pour qu’un enterrement de vie de célibataire soit une pleine réussite, il convient de réunir uniquement les personnes que la future mariée apprécie.

Dans sont dossier intitulé « Qui inviter pour un EVJF ? », la rédaction de quelle-idee.fr préconise de ne surtout par faire appel aux amies d’enfance dont la fiancée n’a plus eu de nouvelle depuis des années.

De la même façon, il est conseillé de ne pas faire cohabiter deux univers bien distincts: celui de la vie intime et celui du monde professionnel. En résumé, il faut sélectionner une douzaine de personnes très proches de la future mariée, qui la connaissent et qui veulent partager son dernier jour de « femme libre ».

Par ailleurs, le choix de la (ou des) personne(s) qui organise (nt) l’événement est tout aussi important : il est clair que la personne doit connaitre à fond les attentes de son amie et savoir ce qui plaira et ce dont elle n’a surtout pas envie.
Toutes les jeunes filles ne rêvent pas d’un stripteaseur en discothèque… Il y a aujourd’hui pléthore d’activités plus intelligentes et très variées et une vraie amie saura quoi choisir pour faire mouche.

Quelle idée pour un enterrement de vie de jeune fille ?

Les idées d’activités ont beaucoup évolué depuis une décennie, notamment grâce aux émissions télévisées. Les « Masterchef » et autres « Diner presque parfait » ont propulsés les activités gastronomiques en têtes des activités pour enterrement de vie de jeune fille : cuisine, cours de sushi et autres séances de pâtisserie ont supplanté les traditionnels gages de rues et autres limousines.

De la même façon, les émissions type « danse avec les stars » ou « la meilleure danse » ont mis en lumière des cours de danse spécialement conçus pour les enterrement de vie de jeune fille, avec un public composé uniquement de filles, prêtent à s’initier à la danse indienne ou a refaire une chorégraphie de Shakira le temps d’un EVJF. Des animations sympas et collectives deviennent donc courantes et innovent dans le concept d’enterrement de vie de jeune fille qui laisse la part belle au partage et à la découverte plutôt qu’à la gentille humiliation, désormais obsolète et mal vécue.

Enterrement de vie de célibataire à Paris : succès garanti !

Pourquoi choisir Paris pour organiser un EVJF ? Pour une multitude de raisons !

  • Choix de restaurants, bars et pubs hallucinant.
  • La plupart des activités originales pour enterrement de vie de célibataire ont lieu à Paname.
  • Les déplacements sont faciles (métro, vélib, taxi, rollers, ballades).
  • Celles qui viennent de province arrivent directement dans Paris.
  • Des hôtels à tous les prix, toujours pour celles qui viennent de loin.
  • Des monuments et des musées en pagailles, sans compter des balades ludiques.

Vous l’aurez compris : fêter une fin de vie de célibataire dans Paris c’est l’assurance de disposer d’un confort de la capitale à tous les niveaux. Bien-sur, vous pouvez toujours organiser un EVJF super sympa au Tréport ou Marseille, cela va sans dire, mais par expérience beaucoup de monde conseille Paname.

About kristof

Kristof est rédacteur web et consultant en référencement à Montréal.
Il blogue sur les différentes composantes du seo et de l’internet sur son site http://referencement-pme.ca/. Voici son profil Google
Il monte aussi des sites sous WordPress. 438 875 0503. Sa page google + est là
« L’écriture a ceci de mystérieux qu’elle parle »… Paul Claudel